Flavor Trader Founder Cooking

Rédigé par La Liberté Communication pour le RDÉE Canada

Au moment de se lancer en affaires, Etienne Croteau s’est demandé : « Je suis bon en quoi? ». La réponse lui est venue tout de suite : « Je connais les saveurs, et je veux les partager. » C’est devenu le leitmotiv de son entreprise, Saveurs de l’artisan (ou Flavour Trader).

Depuis mai 2016, le Québécois de 37 ans propose aux habitants de Yellowknife de découvrir le monde parfumé des épices et toutes ses subtilités. Loin de se limiter à la restauration, Saveurs de l’artisan propose aussi une boutique de saveurs et des cours de cuisine, durant lesquels Etienne présente des recettes venues du monde entier.

Ce « Franco-Ténois d’adoption », comme il se définit, a fait ses études au Québec. Il a d’abord suivi en 1998 un programme pour devenir chef. Il a ensuite travaillé deux ans et demi dans une compagnie d’épices, à Montréal. Un poste qui fut comme une révélation pour le jeune cuisinier. « Je suis complètement tombé en amour avec les épices, raconte-t-il. J’ai découvert un monde de cultures. »

À cette époque, il a commencé à voyager à travers le monde. Et n’a pas arrêté depuis. « J’ai un objectif quand je voyage : la nourriture. Je veux découvrir de nouvelles recettes et prendre des cours de cuisine. » De ses séjours en Inde, ou encore au Maroc, le baroudeur a développé un savoir épicé qu’il souhaite transmettre aux Ténois.

Flavour Trader spices on table and cutting board.

Cependant, il ne s’est pas lancé immédiatement dans la cuisine et a suivi une autre formation, en animation et gestion de projet. Le Québécois a alors décroché un poste pour organiser des évènements à travers les Territoires pour la jeunesse francophone. Mais il gardait en tête l’idée de pouvoir un jour gérer un projet, son projet, du début à la fin.

Son but? L’autonomie! « Je n’aime pas tellement l’idée d’avoir un patron, confie-t-il, amusé. J’ai trop d’idées, je suis plutôt hyperactif. Et je voulais me sentir libre de mes choix. »

En 2016, c’est le grand saut : il se lance à temps plein dans le développement de son plan d’affaires, et fait appel à Futurpreneur Canada, qui collabore avec la NWT Business Development Investment Corporation (BDIC) dans la province, pour l’aider à le financer. L’organisme le met en contact avec Frédéric Deschênes, son mentor, qui l’accompagne sur le chemin de l’entrepreneuriat.

Sa rencontre avec le comptable va grandement l’aider dans ses démarches. « Je le rencontre une fois par mois, raconte-t-il. Je me trouve parfois dans une situation qui m’échappe, parce que je n’ai pas l’expérience. Je m’assois avec lui, et on travaille ensemble pour trouver les meilleures solutions. »

Côté communication, le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (organisme membre du RDÉE Canada) lui a été d’une grande aide. « Le CDÉTNO m’a donné un beau coup de main pour bâtir le plan de communication de mon entreprise. En particulier Adeline Vette, agente aux communications pour le CDÉTNO, qui s’est montrée très professionnelle. »

Saveurs de l’artisan a ouvert ses portes en mai 2016. Un an plus tard, son créateur se montre satisfait du résultat : il propose 85 épices différentes dans sa boutique, sert un repas d’un pays différent chaque jour, offre des services de traiteur, et partage le fruit de ses périples via des ateliers culinaires. Le but, aujourd’hui, serait de générer assez de bénéfices pour pouvoir embaucher une personne à temps plein pour l’aider.

Saveurs de l’artisan, c’est un rêve qui se réalise? Pour Etienne, le rêve est plutôt en train de se construire : son véritable but, c’est de devenir autosuffisant. « J’aimerais cultiver mes propres aliments, que je pourrais utiliser dans mon entreprise. Je veux être capable de subvenir aux besoins de ma famille, sans dépendre d’autrui. C’est un peu hippie…, ajoute-t-il en plaisantant, mais c’est mon rêve depuis une quinzaine d’années. »

Flavor Trader founder.

Quels conseils donnerait ce passionné d’épices et de voyages, à de jeunes entrepreneurs qui se lancent en affaires?

1) Votre entreprise doit être liée à vos valeurs et votre passion. Pour Etienne, se lancer dans un marché ou un produit juste parce qu’il est porteur, n’est pas une situation enviable. « Il est préférable d’aller vers ce qui vous passionne. Vous aurez plus de talent et d’envie, pour mener votre projet à bien. »
2) Varier les champs d’action. À Saveurs de l’artisan, il propose cinq services différents pour soutenir l’entreprise. « Il faut se dire, “J’ai cette passion-là : comment je peux la multiplier?”. »
3) Attention à ne pas oublier sa santé… Etienne lui-même y travaille! Il conseille aux entrepreneurs d’avoir de la discipline à ce sujet. « Avoir un plan de santé avant de se lancer, c’est très important. »

À propos du RDÉE Canada :
Le RDÉE Canada favorise le développement économique des communautés francophones et acadiennes en appuyant les actions collectives de ses membres et en assurant un leadership national basé sur la collaboration et les partenariats.