Jar of coins sitting on table.

Est-ce qu’une saine gestion des coûts peut à elle seule assurer la rentabilité et le succès d’un projet d’affaires ? La réponse est non ! La rentabilité implique à la fois une saine gestion des coûts et la création de valeur pour le client. Indissociables et interdépendantes, la gestion des coûts et la création de valeur sont le Ying et le Yang de la rentabilité d’une entreprise. Pour en savoir davantage sur la création de valeur pour le client, lisez Le Ying de la rentabilité : la création de valeur.

Cela dit, une mauvaise gestion des coûts a trop souvent eu raison de projets à fort potentiel. Cet article met l’accent sur le deuxième élément-clé de la rentabilité, soit la gestion de coûts. Voyons de plus près les différents éléments de coûts et leur impact potentiel sur la rentabilité de votre projet.

Votre coût de projet

Lorsqu’il est temps de choisir votre lieu de résidence, vous vous posez naturellement la question à savoir s’il correspond à votre budget mensuel, n’est-ce pas ? Un condo au centre-ville de Montréal ou de Toronto ne coûte pas le même prix qu’un appartement en banlieue. C’est le même principe lorsqu’il est temps de vous acheter une voiture. Vous vous demandez si cet achat sera supportable dans votre budget ou si elle vous étranglera littéralement.

La même logique doit s’appliquer à votre coût de projet. Un coût de projet de 250 000 $ est plus difficile à rentabiliser qu’un coût de projet de 5 000 $. Bien que votre coût de projet soit éventuellement immobilisé (terme comptable), il reste qu’il se répercutera directement sur vos coûts d’opération.

Lorsque vous établissez votre coût de projet, évaluez donc plusieurs options. Pour chaque option, calculez vos coûts d’opération mensuels et indiquez le volume de ventes nécessaire pour couvrir l’ensemble des coûts. Vous réaliserez alors qu’il vaut mieux choisir les options les moins coûteuses au départ afin d’atteindre le plus rapidement possible la rentabilité.

Qu’on se comprenne bien, l’idée ici n’est pas de tuer votre vision globale d’affaires. Il s’agit plutôt de la réaliser étape par étape en atteignant rapidement le seuil de rentabilité. Faites l’exercice de convertir votre coût de projet en un budget mensuel, vous serez surpris du résultat.

Vos coûts fixes et vos coûts variables

Prenons un exemple. Jonathan fait de la vidéo. Il vient d’obtenir un nouveau contrat d’une durée d’un mois, mais il lui manque un équipement spécialisé pour le réaliser. Laquelle des deux options suivantes sera la plus rentable pour lui ?

Option 1 : Acheter l’équipement en contractant un prêt qui lui coûtera 240 $ par mois pendant 2 ans.

Option 2 : Louer cet équipement au coût de 500 $ par mois.

Si vous avez répondu Option 1, vous aviez malheureusement tort. Le fait est que Jonathan aura besoin de cet équipement pour réaliser ce contrat spécifique, mais il est presque certain qu’il n’en aura plus besoin par la suite. Au lieu d’acheter l’équipement et ainsi rajouter une dépense mensuelle de 240 $ à ses coûts d’opération, il n’aura qu’à débourser 500 $, une seule fois, pour réaliser ce contrat.

Il est parfois nécessaire de choisir l’option la plus chère, seulement parce qu’elle est la plus flexible. Dans le cas de Jonathan, louer l’équipement uniquement lorsqu’il en a besoin lui coûte plus de deux fois le prix mensuel de l’achat du même équipement. Cela dit, en choisissant la location, il n’a aucuns frais à débourser lorsqu’il n’a pas de contrat. Sur l’année, la location devient un choix plus rentable pour lui. Bien que ça puisse sembler contre-intuitif, l’option la plus chère est, au final, la moins coûteuse.

Un jour, Jonathan aura assez de contrats pour supporter l’achat de ce nouvel équipement, mais pour l’instant ce n’est pas le cas. La question est de savoir, à quel moment est-ce que ce sera le bon moment pour lui d’acheter l’équipement ?

Pour trouver la réponse, il faut se demander le niveau d’utilisation annuel de l’équipement qui justifierait son achat. Voici le calcul.

Option 1 – Achat : 240 $ par mois = 2 680 $ par année

Option 2 – Location : 500 $ par mois = 3 000 $ pour 6 mois.

Cela signifie qu’à partir de 6 mois complets d’utilisation de l’équipement par année, l’achat deviendra un meilleur choix pour Jonathan. Tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas assez de contrats pour supporter une telle utilisation, la location reste un meilleur choix pour la rentabilité de son projet.

Faites l’exercice pour votre entreprise. Quels coûts fixes pourraient être convertis en coûts variables ? Pouvez-vous louer un local à la journée au lieu d’avoir un bail ? Pouvez-vous engager des pigistes au lieu d’embaucher des employés ? Pouvez-vous louer un logiciel au mois au lieu de l’acheter ? Dressez un budget pour chaque option.

La planification de la rentabilité à long terme

Les fondateurs des jus Enzymes ont initialement distribué leurs produits eux-mêmes, car cela leur permettait d’économiser des frais de distribution (voir l’article). Puis, est venu le moment où ils ont dû faire affaire avec un distributeur. Ils ont alors dû affronter un problème important : leur prix de vente ne couvrait plus leurs frais. Ils ont dû ajuster leur prix de vente, ce qui a eu un effet négatif à court terme sur leur volume de ventes. Quelle leçon peut-on en tirer ? Les fondateurs d’Enzymes le disent eux-mêmes, il vaut mieux planifier les coûts à long terme quand vient le temps d’établir son prix de vente.

En mettant l’attention uniquement sur les coûts actuels, vous mettrez à risque la rentabilité de votre entreprise à moyen et long terme. Cela signifie que la rentabilité ne doit pas être conçue comme une notion globale. Considérez votre rentabilité sur un horizon plus long et voyez d’avance les ressources dont vous aurez besoin prochainement. La planification et la rentabilité sont des âmes sœurs. Elles sont indissociables !

L’accompagnement dans votre planification

J’ai passé en revue avec vous quelques pistes de réflexion sur la rentabilité d’une entreprise en démarrage. Ces facteurs de rentabilité sont universels, vous pouvez vous y fier. Cela dit, il est important de demander l’avis d’un professionnel pour avoir une évaluation complète du potentiel de rentabilité de votre projet d’affaires. N’hésitez pas à demander de l’aide à un conseiller en démarrage d’entreprise.

Le programme de coaching en démarrage d’entreprise de Futurpreneur Canada vous offre à la fois de la formation et de l’accompagnement individuel pour vous permettre de bien évaluer le potentiel de rentabilité de votre projet. N’hésitez pas à utiliser ce service. Communiquez directement avec moi pour plus d’informations : jplecuyer@futurprneur.ca.

Écrit par: Jean-Philippe L’Écuyer, Entrepreneur en résidence à Futurpreneur Canada