Kanako Heinrichs permet aux Vancouvérois urbains de disposer plus facilement d’un peu de beauté naturelle à la maison ou au bureau.

Cette jeune entrepreneure enthousiaste s’est inspirée de son Tokyo natal pour créer son entreprise, la Queensberry Flower Company. Comme l’espace est extrêmement limité, au sein de la capitale japonaise, toutes les dimensions comptent, celles des meubles, comme celles des arrangements floraux. Dans son « kiosque de fleurs urbain », Kanako se spécialise dans la création de bouquets et d’arrangements de fleurs plus petits, idéaux, par leurs dimensions et leurs styles, pour les habitants de la ville qui recherchent un peu de « Flower Power ».

Kanako Heinrichs de la Queensberry Flower Company

Kanako a lancé la Queensberry Flower Company pour combiner créativité et viabilité commerciale. Nouvelle arrivante au Canada rêvant de devenir artiste professionnelle, Kanako avait l’impression de ne pas mettre son plein potentiel à profit, après avoir perdu deux emplois au cours de la même année, en raison de la crise économique.

« J’ai compris que certaines choses devaient radicalement changer, dans ma vie, explique Kanako. Il me fallait prendre le contrôle et ne pas laisser mes emplois précédents ou le fait que j’étais immigrante dominer ma personnalité. »

Après avoir rencontré Michael Gerber et lu son livre, « The E-Myth », Kanako a adhéré au message de l’auteur : « Faites de votre vie ce que vous voulez qu’elle soit ». Elle a donc décidé de créer son entreprise et d’en faire « quelque chose d’extraordinaire », mettant en œuvre tout son talent artistique et une approche innovatrice dans la création d’arrangements de fleurs. Même le kiosque qui abrite son commerce, situé à la station d’aérotrain de Granville, à Vancouver, reflète le souci du détail qui caractérise Kanako.

« Ma boutique est lumineuse et accueillante, à l’intérieur d’un lieu qui était, à l’origine, sombre et morose. Le kiosque sent bon et les banlieusards ne cessent d’exprimer leur bonheur de voir des fleurs tous les jours. Je ne peux m’empêcher d’espérer que ma boutique illumine la vie de quelqu’un et qu’elle la rend plus heureuse. C’est le genre d’entreprise que je voulais et c’est le genre d’entreprise que j’ai créé. »

Get up to $60,000
in financial support,
and the support of one
of our 3,000 mentors.

Learn More →