Brian Scharfstein Mentor

Ici à Futurpreneur, nous croyons beaucoup au pouvoir du mentorat.

Le bon mentor peut aider un jeune entrepreneur à tourner une entreprise bourgeonnante en une entreprise à succès.

Brian Scharfstein est l’un de nos nombreux mentors qui accorde bénévolement son temps à soutenir les nouveaux propriétaires d’entreprises canadiens. Basé à Winnipeg, dans le Manitoba, il est le propriétaire principal de Canadian Footwear et de FootHealth Centre à Winnipeg et Calgary. Sa passion pour les chaussures et les soins des pieds remonte à son enfance alors que sa famille possédait une entreprise de chaussures.

Nous avons rencontré Brian pour en savoir plus sur lui, son expérience et sa passion pour le mentorat.

Dites-nous en un peu plus sur vous

Je suis travailleur autonome à Winnipeg depuis presque cinquante ans. Je suis un entrepreneur chronique depuis mes dix-sept ans ; j’ai dirigé des entreprises à la fois avec succès et sans succès. Mon éducation formelle n’a vraiment commencé que lorsque j’avais quarante ans ; la création de marque, le marketing et la promotion de mes activités ont toujours été ma spécialité.

Racontez-nous votre expérience et choix de carrière

J’ai commencé ma carrière de vente en achetant des vêtements et chaussures de plein air et en les vendant aux communautés nordiques pendant mes voyages. J’ai ouvert ma première entreprise de distribution en gros quand j’avais dix-sept ans. Peu après ça, j’ai ouvert mon premier point de vente. J’ai constamment marqueté et promus des évènements promotionnels. La vente a toujours coulé dans mon sang.

Dans les années 80, j’ai pris un court congé sabbatique et ai vendu mes biens immobiliers, résidentiels et commerciaux. En 2000, j’ai obtenu ma désignation de podo-orthésiste certifié. En combinant ma nouvelle profession avec mon expérience de vente, j’ai acheté Canadian Footwear.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de devenir mentor ?

La meilleure façon d’apprendre est en aidant les autres. Le mentorat m’a permis de me mettre au défi et les autres aussi.

Qu’elle est la meilleure récompense pour un mentor ?

Investir mon temps dans l’écoute et le partage des idées qui passionnent les entrepreneurs me fournit l’énergie nécessaire pour continuer à développer mes intérêts dans les affaires.

Quel a été le plus grand défi du mentorat ?

Le plus grand challenge est de trouver le bon mentoré. Une mauvaise association n’aide pas vraiment l’entrepreneur.

Selon vous, pourquoi est-il si important d’avoir un mentor lorsqu’on est un jeune entrepreneur ?

Tout le monde devrait avoir une caisse de résonance. Ce peut être un petit groupe ou une personne. Les mentors offrent l’occasion de réfléchir et de s’auto-examiner.

Recommanderiez-vous le mentorat à d’autres personnes ?

Être mentor vous permet de garder les pieds sur terre ; c’est inspirant.

Selon vous, qu’est-ce qui fait qu’une relation mentor/mentoré est réussie ?

Quand les deux personnes ont envie de s’écouter, vous êtes déjà à mi-chemin de la réussite. Le reste demande un plan d’action.

Quelque chose d’autre à ajouter ?

Vous l’avez déjà entendu avant : souvenez-vous de votre propre force. Le succès est basé sur les relations et les expériences. Soyez toujours honnête et vendez-vous avant tout ; vous êtes la principale marque de votre affaire.

Ecrit par Jasmine Williams, Coordinatrice de contenu et réseaux sociaux, Futurpreneur Canada