Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, Elaine Slatter avait à son actif une brillante carrière dans le milieu des services aux entreprises en tant que fondatrice de XL Consulting Group et conseillère pour les petites entreprises à Burlington, en Ontario.

Grâce aux cours de marketing qu’elle a suivis au collège Sheridan, Elaine a réussi à décrocher un poste au service marketing d’une entreprise à Oakville où elle avait commencé dans un poste administratif peu qualifié. Ensuite, elle a grimpé les échelons jusqu’à devenir directrice marketing pour le Canada auprès d’une multinationale basée à St. Louis, au Missouri. Après avoir mené de grands projets en technologies de l’information et occupé les postes de chef du service à la clientèle international puis chef de la direction de la succursale canadienne de la même entreprise, Elaine a fait ses adieux à cet univers pour devenir entrepreneure.

Aujourd’hui, non seulement elle gère son entreprise, mais elle a même écrit un livre intitulé Fabulous Fempreneurship et collabore avec Futurpreneur Canada en tant que mentore bénévole. Nous avons discuté avec Elaine pour mieux connaître son expérience, ses efforts pour soutenir les femmes entrepreneures ainsi que les raisons qui l’ont poussée à devenir mentore pour Futurpreneur.

Comment êtes-vous devenue une ardente défenseure des femmes entrepreneures?

Je suis devenue une fervente défenseure des femmes entrepreneures après avoir vu la présentation de Sheryl Sandberg dans TED talk, où elle mentionne que la présence des femmes dans les postes de direction ne risque pas d’augmenter de son vivant. Parmi mes clients, de nombreuses femmes défiaient le statu quo en démarrant leur entreprise. Elles étaient résolues à réussir en tant qu’entrepreneures. Je voulais être utile et aider autant de femmes que possible à réussir en entrepreneuriat.

Pourriez-vous nous parler un peu de votre livre Fabulous Fempreneurship?

Fabulous Fempreneurship est un guide exhaustif de démarrage d’entreprise pour les femmes. Ce livre, où j’aborde les mêmes questions soulevées pendant mes consultations, répond à un besoin commun d’avoir des renseignements concernant le démarrage d’entreprises. Plus de 30 femmes ont participé à l’aboutissement du livre, soit en donnant des conseils, soit en racontant leur histoire entrepreneuriale. Les femmes s’identifient vraiment à ces entrepreneures qui ont raconté leurs expériences avec beaucoup de sincérité.

Pourquoi est-ce si important pour vous d’encourager et de souligner le succès des entrepreneures?

Il est très important d’encourager et de souligner le succès des entrepreneures parce qu’elles réussissent brillamment en se lançant dans l’entrepreneuriat et que nous avons besoin d’aider plus de femmes à y arriver. Le nombre de femmes entrepreneures s’accroît, mais il reste beaucoup à faire parce qu’elles ont beaucoup de retard à rattraper, autant au Canada que dans le reste du monde.

Qu’est-ce qui vous a inspiré à devenir mentore pour Futurpreneur?

J’adore travailler avec la nouvelle génération d’entrepreneurs. L’entrepreneuriat n’est pas une affaire facile si vous essayez de vous occuper de tout par vous-même. C’est pourquoi le programme Futurpreneur est d’un très grand intérêt. Futurpreneur ne fournit pas uniquement le financement, mais aussi un soutien bien plus précieux à travers les deux ans de mentorat offerts. Le mentorat est tout aussi important que le financement, voire plus.

Qu’est-ce qui a été le plus enrichissant dans votre expérience de mentorat?

Ce que j’ai apprécié le plus en mentorat c’est de mettre le doigt sur les sujets qui préoccupent le plus les entrepreneurs et de les aider à trouver des solutions. Grâce à mon expérience dans le milieu des entreprises, je trouve du plaisir à guider les jeunes entreprises sur le chemin de la réussite. Ma contribution consiste à s’assurer qu’ils disposent des connaissances nécessaires en finance et en comptabilité, c’est-à-dire qu’ils comprennent les détails de leur état des résultats et qu’ils sont capables de tenir leur livre de comptes à jour mensuellement. Ainsi, ils évitent les mauvaises surprises à la fin de l’année. Les entrepreneurs peuvent adapter adéquatement leur stratégie d’affaires dès qu’ils possèdent les connaissances financières nécessaires.

Pourquoi encourageriez-vous les autres à s’impliquer et à transmettre leurs connaissances?

J’apprends de mes mentorés autant qu’ils apprennent de moi. Toute personne ayant une expérience entrepreneuriale est capable d’initier une nouvelle génération d’entrepreneurs en leur consacrant simplement quelques heures de mentorat par mois. Je crois que nous devons à la jeune génération, avide de concrétiser sa propre vision de l’entreprise nouvelle, de leur transférer nos connaissances acquises au cours de notre expérience entrepreneuriale. Le modèle de l’emploi à long terme au sein d’une seule entreprise tend à disparaître, et ce n’est plus ce à quoi aspirent la majorité des jeunes de la génération Y. Pourquoi ne pas aider cette génération à réaliser ses rêves à travers l’entrepreneuriat?

Quel est le meilleur conseil à donner aux futures entrepreneures?

Surmontez vos peurs et bravez avec courage le démarrage de votre entreprise. Il existe un tas d’hommes et de femmes qui vous aideront très volontiers. Il est difficile de réussir toute seule, mais grâce à l’appui apporté par les organismes canadiens qui soutiennent les femmes, il est beaucoup plus facile de trouver de l’aide. Le programme Futurpreneur excelle dans le mentorat à long terme. Profitez-en donc pleinement.

Souhaitez-vous ajouter autre chose?

La leçon la plus importante que j’ai tirée de ma carrière est l’importance d’entretenir des relations professionnelles solides. Avec un bon réseau, tout devient possible.

Texte de : Lauren Marinigh, spécialiste de la création de contenus et des médias sociaux, Futurpreneur Canada

Obtenez jusqu'à 60 000 $
d’aide financière
et le soutien de l'un
de nos 3 000 mentors.

En savoir plus →