John Gregory

Lorsque les entrepreneurs passent par le programme de démarrage d’entreprise de Futurpreneur Canada, en plus de recevoir du financement et d’avoir accès aux ressources clés, ils sont jumelés à un mentor pendant deux ans.

Bien que ce mentorat soit extrêmement utile pour nos entrepreneurs, il va dans les deux sens. Bon nombre de nos mentors affirment que les enseignements mutuels se situent à égalité.

John Gregory, d’Opencity Inc., est l’un de ces mentors.

Résident de Kitchener, en Ontario, il se décrit comme un « Britannique énergique vivant au Canada », qui se passionne pour le lancement de nouvelles initiatives. Sa carrière a commencé lorsqu’il était représentant commercial d’une société pharmaceutique internationale. Il a ensuite travaillé pour de petites et de grandes entreprises pharmaceutiques et des entreprises se spécialisant dans les instruments médicaux, puis il est venu s’établir au Canada en 2003.

« [L’entreprise pour laquelle je travaillais] m’a demandé si j’étais prêt à déménager à Montréal pour une période de deux ans si elle payait pour tout. Jamais je ne me suis décidé aussi rapidement », raconte John.

Après avoir écrit un billet de blogue durant les Jeux olympiques de 2012 qui a atteint un sommet en popularité sur Google, John est progressivement passé au domaine des communications. Son vaste parcours dans l’industrie des soins de santé l’a conduit à son poste de consultant en stratégie et en communications numériques qu’il occupe actuellement à Opencity Inc., un organisme qui aide à la création de jeunes entreprises par son leadership et son expertise en image de marque en ligne.

John a entendu parler de Futurpreneur pour la première fois lors d’une présentation donnée à l’Accelerator Centre de Kitchener. Après avoir connu l’écosystème des jeunes entreprises spécialisées dans la technologie de la région, il a eu l’idée de s’investir et de redonner en tant que mentor. En ce moment, il est le mentor d’Abby Tai, nutritionniste holistique et propriétaire de PrimePhysique Nutrition. Non seulement John a aidé Abby à bâtir son entreprise, mais lorsqu’il en a eu besoin, Abby l’a aussi aidé à créer sa série balado.

« Abby a acquis une expérience considérable en diffusant ses 15 épisodes en baladodiffusion “The Eczema Podcast”. Elle m’a donné de précieuses suggestions qui m’ont aidé à réaliser ma nouvelle série balado que j’ai intitulée Charity Spotlight », explique John. Il ajoute qu’il écrit actuellement un livre sur les entreprises en démarrage et qu’il a pu tirer d’excellentes études de cas de sa relation avec Abby et d’autres entrepreneurs.

Toutefois, au‑delà des bienfaits personnels qu’il apporte, John croit profondément au pouvoir du mentorat dans le soutien de l’écosystème des jeunes entreprises du Canada dans son ensemble.

« Aujourd’hui, nous vivons dans une société planétaire. Les jeunes entreprises canadiennes ont toutes des compétiteurs qui peuvent faire la même chose qu’elles, à moindres coûts, ailleurs dans le monde. Les jeunes entrepreneurs les plus prospères écoutent les mentors, les clients et l’équipe qui les entourent », ajoute John.

Et pour les professionnels d’expérience comme lui, le mentorat est une motivation.

« Il nous permet d’élargir notre réseau et d’établir de nouveaux liens précieux », précise John, qui cite en exemple la présentation qu’il a donnée dans le cadre d’un événement Parlez‑en à un expert.

Bien entendu, le mentorat n’est pas toujours aisé. John raconte qu’il a lui‑même eu de la difficulté à prendre du recul et laisser son mentoré régler ses propres problèmes.

« Lorsqu’on collabore avec d’autres clients des services de consultation et les gens en général, il est facile de dire “je vais le faire” parce qu’on sait que ce sera plus rapide et facile ainsi. Mais les autres deviennent dépendants et ne développent pas leurs compétences techniques et leur aptitude à résoudre des problèmes », croit John.

Enfin, il confie qu’il aurait souhaité avoir accès à ce type de mentorat au cours de sa carrière et offre quelques judicieux conseils aux futurs mentors de Futurpreneur :

« Soyez ouvert, honnête et transparent. Traitez les autres comme vous aimeriez vous‑même être traité. Mettez votre ego de côté et n’attendez rien en retour, si ce n’est de satisfaire la curiosité de savoir où cette aventure vous mènera. »
Intéressé à devenir un mentor d’affaires bénévole? Cliquez ici pour découvrir comment!