Janvier est le mois du mentorat et en guise de célébration, nous voulions partager l’histoire de l’un de nos mentors ambassadeurs les plus passionnés de Futurpreneur Canada.

Margo Soucy est la directrice exécutive des Corporations au bénéfice du développement communautaire (CBDC) Cabot, une organisation qui aide à la création de petites entreprises et à l’expansion et la modernisation d’entreprises existantes en fournissant des services financiers et techniques aux entrepreneurs.

Nous l’avons rencontrée pour en savoir plus sur sa carrière en développement des affaires et son expérience en tant que mentor Futurpreneur.

Dites-nous en un peu plus sur vous

J’ai travaillé au développement des affaires sur la côte Est du Canada. Terre-Neuve-et-Labrador sera toujours ma maison – j’apprécie tout ce que cette province a à offrir et les gens la rendent incroyable. Les affaires sont une passion de longue date, et le fait d’être conseiller est très gratifiant – et jamais ennuyeux !

Je suis stimulée par les entrepreneurs avec lesquels je travaille et les organisations avec lesquelles je fais du bénévolat. Je suis employé par la CBDC depuis plus de quinze ans, une famille dans laquelle je suis reconnaissante d’avoir eu de la chance d’être intégrée ! Je fais également du bénévolat auprès de plusieurs organisations, principalement lié aux affaires.

Parlez-moi de votre expérience et de votre carrière

Je n’avais aucune idée à quel point une carrière dans le développement des affaires serait enrichissante au début. Je poursuivais une carrière en comptabilité lorsqu’un de mes mentors m’a ouvert les yeux sur le développement des affaires, un objectif de carrière inattendu mais très apprécié.

Dès le premier jour de travail, j’ai eu l’occasion de rencontrer des gens incroyables et je suis fière de faire partie de leurs histoires maintenant ; c’est inspirant, chaque jour. Des entités comme la CBDC et Futurpreneur Canada ont eu des répercussions importantes sur la vie de nombreuses personnes, dont la mienne, et ont vraiment façonné la petite entreprise au Canada.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir un mentor ?

J’ai d’abord considéré le mentorat comme une relation spécifique avec des termes définis, plus ou moins, mais j’ai appris que c’était beaucoup plus.

Pour moi, c’était peut-être parce que je n’avais pas été exposée aux programmes entrepreneuriaux pendant ma jeunesse que lorsque j’ai appris tout ce qu’il y avait à offrir, je devais m’impliquer et vouloir inspirer les autres, pour mes propres occasions manquées.

C’est aussi un excellent moyen de transmettre quelques-unes des grandes histoires, connaissances et expériences dans lesquelles j’ai été immergée, en travaillant avec des entrepreneurs – dont beaucoup sont trop fiers de raconter leurs propres histoires.

Quelle a été la partie la plus enrichissante du mentorat ?

Je pense que tout se résume à l’impact. Des gestes simples de remerciement, ou le fait de voir des entrepreneurs progresser dans des moments difficiles, réaffirment le pouvoir des relations et demandent de l’aide en cas de besoin.

Quel a été le plus grand défi du mentorat ?

Je devrais dire travailler avec des gens avec qui le succès n’arrive pas facilement. Certains sont pleinement engagés et font tout ce qu’il faut pour y arriver, mais, pour une raison ou une autre, sont confrontés à des défis que même le meilleur des soutiens est incapable de les aider à aller au-delà.

Ces moments sont particulièrement difficiles, car lorsque vous travaillez en étroite collaboration avec des personnes, vous devenez une partie de leur entreprise, et leurs défis deviennent souvent vos défis.

Pourquoi pensez-vous qu’il est important que les jeunes entrepreneurs aient des mentors?

Pas seulement pour les jeunes, mais tout le monde gagne à avoir un mentor de confiance. Je vois souvent des jeunes renvoyés parce qu’ils manquent d’années d’expérience pour apprendre des erreurs du passé.

Cependant, les jeunes entrepreneurs compensent souvent leurs années par d’autres moyens, comme penser de façon plus créative, être plus ouvert aux possibilités, ou être passionné et suivre leurs instincts sans réserve. La relation fonctionne également dans les deux sens.

Pourquoi recommanderiez-vous à  d’autres personnes de devenir mentors?

C’est une formidable opportunité de croissance, d’autoréflexion et d’impact positif. Nous avons tous une perspicacité, une connaissance et une expérience qui valent la peine d’être partagées ; si nous ne le transmettons pas, personne ne peut y gagner.

Selon vous, qu’est-ce qui vous permet de réussir votre relation mentor / mentoré?

Confiance, respect et ouverture. Le mentorat contribue davantage à la croissance personnelle et professionnelle et aux liens que les connaissances trouvées dans les manuels et les sources en ligne. Le mentorat peut se produire de diverses façons, mais j’ai toujours trouvé que l’interaction face à face était la meilleure.

Autre chose que vous aimeriez ajouter?

Nous avons tous une perspective unique, basée sur notre éducation, notre expérience et les relations que nous avons développées, dont les autres peuvent tirer profit.

Bien qu’il soit facile de nous trouver débordés parfois, la vie et les opportunités peuvent  passer rapidement, alors utilisez les ressources autour de vous pour vous aider à rester concentré.

 

Relevez le défi de penser grand !

Obtenez jusqu'à 45 000 $
d’aide financière
et le soutien de l'un
de nos 3 000 mentors.

En savoir plus →