Défini comme le fait de cumuler un emploi salarié et son entreprise personnelle, l’entrepreneuriat à temps partiel recouvre dans les faits une réalité plurielle, plus complexe qu’on l’imagine.  A la différence de l’entrepreneuriat classique l’entrepreneuriat hybride relève de l’équilibrisme. Il s’agit de tenir ensemble, deux activités professionnelles, sans que l’une empiète sur l’autre et, idéalement, tout en ménageant sa vie personnelle et sa santé physique et mentale.

Contrairement à l’idée véhiculée par certains articles sur Internet, il n`y a pas de recette, pas de méthode révolutionnaire pour réussir. Seulement des histoires, des parcours singuliers; Autant de pistes à suivre… ou pas.

Un quotidien chargé/Un équilibre à trouver

Cumuler un emploi salarié, éventuellement à temps plein, et une activité entrepreneuriale demande du temps et de l’énergie, réclame de faire des choix qui vont modifier vos habitudes et le cas échéant, celles de vos proches.

Le niveau d’implication  pour votre activité entrepreneuriale dépend évidemment de la nature de votre  projet et des objectifs que vous vous fixez. Mais dans tous les cas, la question de la disponibilité va se poser.

Idéalement, une entreprise à temps partiel devrait rester une entreprise à temps partiel et non investir insidieusement tous les espaces de votre vie et occuper en continu votre esprit. Or, dans les faits, l’organisation de son agenda, la compartimentation des activités n’est pas si évidente à mettre en place et à tenir dans le temps.

Aussi, peut-il être pertinent, avant de vous lancer, de prendre le temps de croiser quelques questions essentielles pour évaluer la faisabilité de votre projet et votre capacité à déployer les moyens pour parvenir à vos fins.

Votre motivation?

L’entrepreneuriat hybride peut vous permettre de préparer un projet d’affaires et de démarrer votre entreprise à votre rythme avant de vous  lancer à temps plein.  Dans ce cas, il peut constituer une stratégie pertinente pour tester le marché et vérifier la viabilité de l’entreprise tout en réduisant les risques d’une transition de carrière du salariat vers l’entrepreneuriat.

L’entrepreneuriat à temps partiel peut aussi avoir pour vocation de demeurer une activité parallèle à votre emploi salarié. Il peut ainsi vous permettre de formaliser une activité économique associée à une passion, une compétence particulière (par ex : petit artisanat, cours de musique, de langue…) ou un actif que vous souhaitez valoriser (ex : location de logement…).

En revanche, la pluriactivité n’est peut-être pas le choix le plus judicieux si le but recherché est de compenser un travail qui ne vous convient pas ou plus. En effet, lancer votre entreprise à côté de votre emploi actuel ne vous permettra pas de voir en ce dernier un intérêt que vous n’aviez pas décelé jusque-là. Au contraire, cela risque de vous rendre encore moins disponible et efficace pour votre emploi salarié voire,  à terme, de mettre en péril ce qui constitue votre principale source de revenus… Dans une telle situation, un bilan de compétences et une éventuelle réorientation professionnelle devraient être envisagés en priorité.

Votre personnalité, vos compétences?

Si vous décidez de vous lancer dans l’entrepreneuriat à temps partiel, bien se connaitre est la clé. Qu’est-ce qui vous anime? Quels sont vos atouts? Vos limites pour réaliser votre projet? Vos marges de progression? Prenez soin d’évaluer votre faculté d’adaptation et de gestion du stress et de la fatigue qui ne manqueront pas de se cumuler.

Suivre des cours de lancement d’entreprise ou des webinaires gratuits comme ceux de Sophie Dudot, entrepreneur en résidence chez Futurpreneur Canada, pourra s’avérer utile pour acquérir les compétences, connaissances, aptitudes et outils nécessaires au démarrage de votre affaire.  Ils vous permettront aussi de vous familiariser avec l’entrepreneuriat, de valider votre concept d’affaires, d`acquérir des habiletés en communication et en prise de décisions tout en bénéficiant des conseils et retours d’expériences de coaches. Par ailleurs, la fréquentation d`évènements dédiés à l’entrepreneuriat (salons, 5@7…) peut vous permettre de glaner des informations sur les ressources à votre disposition et de vous créer un réseau à l’intérieur de l’écosystème entrepreneurial.

Votre situation professionnelle actuelle?

Quelle est la nature de votre poste? Quel niveau d’implication exige-t-il niveau de responsabilité/nécessité de faire régulièrement des heures supplémentaires …? Une modulation horaire ou le travail depuis la maison sont-ils envisageables?

Par ailleurs, vérifiez que votre projet entrepreneurial soit bien compatible avec votre activité salariée. Y-a-t-il conflit d’intérêt? Êtes-vous lié-e par une clause de non-concurrence?

Votre situation familiale?

Comment s’organise votre quotidien? Pouvez-vous avoir du soutien, bénéficier de relais pour les tâches quotidiennes?

Si vous vivez seul-e, vous porterez tout sur vos épaules, ce qui, en soi, peut constituer un défi.  Si vous êtes accompagné-e avec éventuellement des enfants, vous avez intérêt à vous accorder avec votre conjoint-e pour que vous puissiez consacrer du temps à votre projet sans que cela devienne pesant pour elle ou lui …

Vos besoins en financement?

Ici encore,  tout dépend du secteur d’activité et de votre modèle d’affaires. Certaines activités nécessitent au départ peu d’investissements (ex de l’économie numérique: coaching en ligne, e-commerce…). Un apport personnel et /ou celui de votre entourage peuvent alors suffire.

Dans d’autres cas, d’autres sources de financement doivent être trouvées pour l’achat du matériel, du stock, la constitution d’un fonds de roulement…

Peu d’organismes proposent une aide spécifique pour les entrepreneurs à temps partiel. Futurpreneur se démarque sur ce point en proposant un programme dédié comprenant un financement jusqu’à 15 000$ et du mentorat (+ de détails ici).

 

L’expérience de David Tall

David est chef préposé d’escale chez Air Canada. Il y a quelques mois, il a lancé Locapaq, un service en ligne de location d`équipement personnel haut de gamme pour le trek.

David a toujours souhaité lancer sa propre affaire. Son horaire de travail (2 jours sur 6, en rotation), lui permet de dégager le temps et la disponibilité nécessaires pour développer son projet en parallèle, sans stress et pas à pas.  Son agenda est toujours différent. Il le module en fonction de l’intensité de son activité.  « Selon le temps dont je dispose, je m’occupe de la partie marketing ou administrative, de contacter les fournisseurs… ou je consacre du temps à mes affaires personnelles. Quand j’ai un boom d’activité,  je mets les bouchées doubles. Je jongle tout le temps (…) Je n’ai pas de méthode. Je suis quelqu`un d’organisé, cependant, je suis incapable de compartimenter mon emploi du temps de manière rigide.  Il se trouve que mes activités professionnelles et ma vie privée convergent autour de la thématique du voyage. Cela aide« .

Pour le moment, il est seul à bord. « Il est un peu trop tôt pour embarquer quelqu`un avec moi (…). J’ai la chance d’être bien entouré et de pouvoir bénéficier du soutien et des conseils de mes proches« .

Côté financement, compte tenu du coût d’achat du matériel qu’il propose à la location, David a été contraint de rechercher un soutien extérieur. Il a bénéficié d’un prêt Futurpreneur de 15 000 $ qui lui a permis de constituer un stock de départ et a trouvé un financement complémentaire auprès de sa banque pour couvrir les frais d’acquisition du reste du stock.

Obtenez jusqu'à 60 000 $
d’aide financière
et le soutien de l'un
de nos 3 000 mentors.

En savoir plus →