En novembre 2019, nous avions interrogé Céline Juppeau au sujet de la notion de produit local (voir notre article). Elle nous parlait avec conviction et enthousiasme des valeurs de Kotmo et de son choix éthique de développer, produire et commercialiser des objets promotionnels uniques et durables, fabriqués au Québec en ayant à cœur de sensibiliser les propriétaires d’entreprises sur l’impact positif que leurs actions peuvent avoir sur la société, l’économie et l’environnement.

Nous retrouvons Céline un an plus tard, dans un contexte sanitaire, social et économique profondément bouleversé par la crise de la Covid 19 qui est venue singulièrement embrumer nos horizons.

 

 

En mars 2020, Kotmo se trouvait en pleine croissance. Du jour au lendemain, le secteur de l’événementiel a dû interrompre toute activité, les manufactures partenaires de la jeune entreprise ont été contraintes de fermer. Outre la perte d’une partie de sa clientèle, Kotmo, s’est retrouvée sans aucun objet à vendre (l’entreprise ne disposant alors d’aucun inventaire de produits finis). Un coup dur pour toute l’équipe et un poids considérable sur les épaules de Céline et de son associée, Cindy Couture, responsables du devenir de l’entreprise et de leurs 6 employé-e-s.

Mais pas d’abattement.

Rapidement, la décision fut prise de profiter de la période d’inactivité (entre mars et mai) pour revoir la stratégie de l’entreprise et envisager un plan d’action durable, arrimé aux valeurs de l’entreprise.

 

Questionner sa vision et ses valeurs pour mieux les conforter

 

« Le début de crise a été une période spéciale qui nous a néanmoins permis de réfléchir à notre modèle, mais aussi de conforter notre vision d’entreprise et de nous appuyer sur elle pour prendre les bonnes décisions.

A travers Kotmo, nous croyons que nous apportons une solution à notre échelle aux enjeux de développement durable, en plaçant l’humain et le design au cœur de la transformation innovante des entreprises pour bâtir une économie responsable envers sa communauté et notre planète. (…) Nous savons que l’entreprise est là pour durer. Envisager les choses dans cette optique-là, invite à porter un autre regard sur les difficultés et défis que tu rencontres ».

Selon Céline, crise ou pas, l’objet promotionnel demeure un formidable vecteur de communication. « Il n’est pas simplement là pour être remis mais pour transmettre un message, une vision, ou encore pour remercier. Lorsque les manufactures ont pu réouvrir, au mois de mai, notre activité a naturellement repris parce que les gens ont besoin de créer ce type de lien ».

 

 

Adapter et renouveler son offre

 

Kotmo s’est adaptée de diverses manières au contexte de crise et à l’évolution de la demande :

« En mai, nos client-e-s nous ont demandé des masques. Nous avons travaillé avec une manufacture en Beauce avec un très bon rapport qualité prix pour pouvoir répondre à ce nouveau besoin. Au final, cela nous a permis non seulement de rendre service à nos client-e-s habituel-le-s, mais aussi de développer une nouvelle clientèle qui, d’abord attirée par les masques, nous sollicite aujourd’hui pour des cadeaux pour leurs client-e-s ou leurs employé-e-s ».

D’un point de vue stratégique, dès le mois d’avril, l’équipe de Kotmo s’est projetée dans la perspective d’une crise au long cours, la probabilité d’une deuxième vague en automne et d’une nouvelle mise à l’arrêt du secteur manufacturier. « De là, nous avons décidé de créer durant l’été une nouvelle gamme de produits qu’on tiendrait en inventaire et qui nous permettrait de soutenir l’économie locale en renouant avec nos manufacturiers mais aussi en créant de nouveaux partenariats; notamment, et pour la première fois, avec des illustrateurs-rices québécois-es.

 

 

C’est ainsi que huit nouveaux objets en série limitée : sous-verres, pantoufles, chaussettes, chocolat, emporte-pièce, affiches, cartes, bougeoirs, ont vu le jour. « A travers cette gamme, se raconte l’histoire de l’année hors normes que nous vivons, Notre histoire. Nous avons tenu à ce qu’elle soit à l’image des valeurs d’équité, d’inclusion, et de collaboration de Kotmo ».

L’inventaire est stocké chez un partenaire de Kotmo, une entreprise de réinsertion sociale de Québec. Les objets sont vendus sous la forme d’un coffret à composer et sont accessibles sur la plateforme de vente en ligne nouvellement créée à cet effet.

 

Revoir en profondeur sa stratégie financière

 

Avant la crise, la trésorerie de Kotmo était solide. Un atout indéniable pour surmonter la période d’inactivité mais insuffisant pour engager la restructuration de son offre et investir en conséquence.

Céline s’est appuyée sur les conseils de son mentor issu du secteur bancaire pour prendre les décisions financières pertinentes en vue notamment du lancement de la nouvelle gamme de produits précitée et de la refonte du site Internet.

Les aides financières gouvernementales ont été déterminantes pour faire les investissements projetés et maintenir l’ensemble des emplois.

 

 

La formation PACME a quant à elle permis à l’équipe d’avancer dans la compréhension des finances de l’entreprise et de mettre en place une stratégie financière durable. « Jusqu’à présent, nous n’avions aucune connaissance sur la manière dont nos prix étaient fixés. Grâce à la formation, nous avons créé un catalogue de prix pour les revendeurs, nous permettant de faire rentrer plus aisément de nouveaux distributeurs ». (…)

« Nous n’aurions pas engagé de tels changements aussi rapidement si la crise n’était pas survenue. Elle nous a donné l’occasion de nous structurer pour continuer à grandir. »

Alors, quoi qu’il advienne, l’horizon sera lumineux.

 

Pour aller plus loin :

Facebook

Obtenez jusqu'à 60 000 $
d’aide financière
et le soutien de l'un
de nos 3 000 mentors.

En savoir plus →