Crédit photo: Alexandra Côté-Durer

Lancée en juillet 2019, Maïkana est une entreprise sociale se donnant pour mission d’améliorer les conditions de santé mentale à travers une approche alternative combinant intervention par l’aventure et zoothérapie.

A sa tête, nous retrouvons Laura Ducharme. Travailleuse sociale et médiatrice familiale de formation, Laura a longtemps travaillé en pédiatrie sociale – auprès de familles vulnérables dans plusieurs cliniques, un peu partout au Québec – avant de se retrouver « entrepreneure malgré elle », selon ses mots.

Crédit photo: Maïkana

La génèse de Maïkana : de l’idée au projet pilote

Maïkana est née en 2018, d’une discussion « dans un cadre de porte ». Laura était alors directrice clinique dans un centre de pédiatrie sociale à Saint-Jean sur Richelieu et y développait un projet intitulé Corps et Esprit qui permettait aux enfants d’accéder à des thérapies alternatives (intervention en plein air et zoothérapie notamment).

« C’est en discutant avec une collègue zoothérapeute, qu’a émergé l’idée de combiner les deux approches, zoothérapie et intervention en plein air, pour traiter les problèmes de santé mentale ».

Maïkana a d’abord pris la forme d’un projet pilote présenté dans le cadre du Sommet Génération Plein Air MEC, en octobre 2018. Les participant-e-s devaient proposer un projet à impact social, dans un contexte de plein air et répondant au thème de la diversité et de l’inclusion.

Le projet pilote Maïkana proposant une approche combinée de sorties en plein air et de zoothérapie gagna le premier prix et une bourse de 5000 $ pour sa réalisation.

En mars 2019, Laura lança le projet avec 14 jeunes aux prises avec des troubles de santé mentale et neurodéveloppementaux.  Le programme, étalé sur 8 semaines, permit la mise en place de stratégies aidant les participant-e-s à développer des habitudes vie ainsi que des facultés de communication et de leadership.

Le succès fut immédiatement au rendez-vous : Maïkana suscita l’engouement de la communauté et gagna de nombreux prix…

Et en quelques mois, le petit projet pilote se transforma en une véritable entreprise.

Du projet au lancement de l’entreprise

« Je dis souvent que je suis devenue entrepreneure malgré moi car je n’ai pas un profil d’entrepreneure. A l’origine, je n’avais pas du tout prévu que Maïkana devienne une entreprise (…) Lorsque l’aventure a débuté, je ne savais pas si mon approche allait fonctionner. Il y avait des données probantes démontrant l’impact positif de la nature et de la zoothérapie sur la santé mentale mais aucune recherche n’abordait ces approches de façon combinée (…) Quand j’ai accueilli les jeunes dans le cadre du projet pilote, je leur ai dit :  C’est un laboratoire. Nous allons essayer des choses et voir si cela fonctionne ».

Crédit photo: Amélie Desjardins Guindon

Au début de l’année 2020, Laura bénéficia de l’aide de Futurpreneur. D’abord, du coaching de la part de  Sophie Dudot, entrepreneure en résidence qui l’aida à revoir son plan d’affaires, sa planification financière et sa proposition de valeurs. Puis, un prêt et du mentorat pour démarrer l’entreprise dans les meilleures conditions.

L’offre de Maïkana comprend aujourd’hui trois volets :

  • Des séances de mobilisation des employé-es par l’aventure et la nature afin d’améliorer la santé mentale et d’optimiser le potentiel des membres des équipes de travail au sein des entreprises.
  • Des services d’aventure thérapeutique et zoothérapeutique pour les jeunes de 12 à 35 ans vivant en contexte de vulnérabilité.
  • Et depuis peu, des consultations privées et des formations pour les particuliers et les entreprises.

Ces services sont proposés en Montérégie et un peu partout au Québec.

Laura travaille avec des collaborateur-rice-s, travailleur-se-s autonomes pour la plupart, disposant d’expertises complémentaires (zoothérapie, psychologie, ressources humaines…) pour s’inscrire au plus près des besoins des client-e-s.

L’approche de Maïkana est à la fois novatrice, alternative et holistique. « Il ne s’agit pas de faire une sortie en nature et de rentrer dans ses vieilles pantoufles. Nous amenons des changements individuels et organisationnels chez les personnes et équipes qui bénéficient de nos services ».

Crédit photo: Laura Ducharme

Devenir leader dans son domaine

« Au Québec les choses ont beaucoup évolué ces dernières années : la santé mentale a longtemps été un sujet tabou.  Il y a aujourd’hui une prise de conscience autour de l’importance de ces enjeux et sur le coût économique et social que représente leur non prise en charge. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les troubles de santé mentale figurent dans le top 3 des problèmes de santé publique. La situation s’est détériorée avec la crise de la Covid 19 qui a généré beaucoup de peurs et d’isolement.  Ma clientèle en santé mentale a nettement augmenté, à tel point que j’ai dû mettre en place une liste d’attente.

(…) Le défi actuel au Québec est de parvenir à mobiliser les différentes initiatives éclatées un peu partout sur le territoire. Il y a un leadership à prendre qui tienne compte des différentes réalités régionales afin d’implanter et de coordonner des projets mieux à même de répondre aux besoins spécifiques des individus.

A moyen terme, Laura souhaite que Maïkana devienne leader dans l’approche de la santé mentale par le plein air. Avec Jonathan Chaloux, mon mentor de Futurpreneur, nous étudions actuellement la manière de fédérer les acteur-ices-s du secteur pour prendre ce leadership! »

L’aventure ne fait que commencer!

Crédit photo: Dafnée Moreau

Pour aller plus loin :

Des aires protégées essentielles pour la santé, Rapport de La planète s’invite en santé : https://laplanetesinvite.org/wp-content/uploads/2020/07/Aires-protegees-rapport-final-LPSS.pdf

La santé mentale selon l’Organisation Mondiale de la Santé : https://www.who.int/topics/mental_health/fr/

Obtenez jusqu'à 60 000 $
d’aide financière
et le soutien de l'un
de nos 3 000 mentors.

En savoir plus →