Cette année, en honneur du mois de l’histoire Noirs, Futurpreneur présente les profils de quelques entrepreneur-e-s noir-e-s exceptionnel-le-s au sein de notre réseau 

Janelle Hinds porte plusieurs chapeaux – et la collection ne fait que croître.  

Une jeune femme de Toronto, Janelle Hinds est la fondatrice et la directrice exécutive de Helping Hands, une application créée pour aider les jeunes à trouver des opportunités de bénévolat et de leadership. 

Elle est une défendeure pour les droits de jeunes femmes, des personnes de couleur et des nouveaux arrivants dans le domaine des STIM. Son agenda déjà chargé est en outre occupé par du travail de conseil en matière de diversité et de prises de paroles publiques.  

L’été dernier, Hinds a ajouté un autre titre à la liste, devenant ainsi l’un des plus récents membres du conseil d’administration de Futurpreneur. 

« En tant qu’entrepreneur-e, vous avez besoin de beaucoup de soutien et de ressources », explique Hinds. Soit qu’il s’agisse de financement, souvent difficile à obtenir pour les jeunes fondateur-e-s, ou de mentorat et de conseils pour naviguer dans le monde des affaires.  

Hinds dit qu’elle a saisi l’occasion de faire partie d’une organisation qui s’efforce d’aider les jeunes entrepreneur-e-s à démarrer.   

« Futurpreneur est tellement axé sur le fait de s’assurer que la priorité est l’entrepreneur-e. Nous nous posons toujours la question : « Est-ce que cela aide vraiment l’entrepreneur-e, oui ou non ? Nous nous assurerons que les entrepreneur-e-s qui participent à nos programmes obtiennent la meilleure expérience possible. » 

Hinds connaît les particularités de la gestion d’entreprise de façon approfondie. Génie par formation, elle a fondé plusieurs initiatives axées sur les technologies avant de créer Helping Hands en 2015. Ce programme aide les jeunes à trouver des possibilités de bénévolat, en les aidant à satisfaire aux exigences de leur diplôme tout en leur fournissant des outils pour acquérir une expérience précieuse en début de carrière, acquérir des compétences transférables et établir des réseaux professionnels. 

Lsensibilization et le conseil n’ont jamais fait partie de ses plans, mais Hinds s’est retrouvée à assumer ce travail alors qu’elle s’engageait de plus en plus dans le génie et l’entreprenariat. 

« Il y a quelques années, j’ai remarqué des problèmes entourant les femmes dans l’espace du génie. La communauté de l’université où je fréquentais n’était pas très orientée vers l’entreprenariat, et beaucoup d’autres femmes ne voulaient pas parler de différents problèmes. J’ai commencé à m’exprimer sur Twitter en me disant : J’ai juste besoin d’un endroit où je peux parler de ça. » 

D’autres l’ont remarqué, et Hinds a rapidement commencé à recevoir des invitations à prendre la parole en public, ainsi que des requêtes d’entreprises pour les conseiller sur leurs pratiques liées à la diversité. Aujourd’hui, elle est régulièrement invitée à prendre la parole devant des organisations à but non lucratif, des écoles et des entreprises plus importantes.   

« J’ai réalisé que j’avais une voix, et les gens m’écoutent – ça vaut la peine den parler », dit-elle.  

À qui devons-nous nous adresser? 

Une grande partie du travail de conseil et revendication de Hinds se concentre sur la « sous-estimation » des employés et des entrepreneurs noirs – un concept qu’elle souligne plutôt que celui de « sous-représentation ». 

« Les fondateur-e-s noir-e-s ne sont pas sous-représenté-e-s. Il y a beaucoup – beaucoup – de propriétaires de petites entreprises, et si vous allez dans les communautés noires, vous remarquerez combien de personnes sont propriétaires de petites entreprises », explique-t-elle. « C’est que les gens ne pensent pas que ces propriétaires d’entreprises savent ce qu’ils font, et on ne leur offre même pas la possibilité de développer leur entreprise. » 

« Je l’encadre comme : Est-ce que votre (organisation) les sous-estime ? Ces entrepreneurs existent – vous ne les voyez tout simplement pas. »  

L’objectif de Helping Hands est d’offrir ces possibilités : En plus de se concentrer sur la diversité dans le recrutement en interne, l’équipe travaille actuellement sur un guide de santé mentale et d’alliance destiné aux jeunes noir-e-s et à leurs alliés. Ce guide, basé sur un document similaire créé par Hinds à la suite du Blackout Tuesday de juin dernier, est réalisé avec la participation de jeunes personnes noir-e-s et se concentrera sur le soutien à la santé mentale ainsi que sur la manière dont les alliés peuvent soutenir leurs pairs noirs. 

Helping Hands donne également la priorité à la sensibilisation aux groupes qui servent les nouveaux arrivants et les jeunes noir-e-s afin de s’assurer que ces groupes ont accès au programme. 

Selon Hinds, essayer de garantir l’accès de cette façon et de manière proactive est une étape que beaucoup trop de groupes et d’entreprises négligent lorsqu’il s’agit de promouvoir la diversité.  

«C’est comme tout effort de marketing – vous devez vous assurer que vous faites l’effort pour répondre aux besoins de votre public» , dit-elle. 

« Je connais des organisations qui disent : Nous envisagions de faire une table ronde sur l’emploi des jeunes, mais aucun jeune ne s’est inscrit. J’ai posé quelques questions et j’ai découvert qu’ils le faisaient en plein milieu d’une journée d’école. » La même chose s’applique, dit-elle, aux réseaux ou aux événements professionnels organisés en dehors des heures de bureau, lorsque de nombreux parents qui travaillent et qui n’ont pas accès à des services de garde d’enfants ne peuvent pas venir. 

« Encore une fois, de l’embauche à la vente de vos services, il n’est pas difficile de regarder et de se demander : Qui visons-nous ? Où sommes-nous en train de commercialiser ? À qui devons-nous nous adresser? ? » 

L’IMPORTANCE DU MENTORAT  

« Tant que vous ne démarrez pas une entreprise, vous ne réalisez pas combien de petites choses vous devez comprendre et apprendre avant le jour où vous décidez de démarrer », explique Hinds – une autre raison pour laquelle l’accent mis par Futurpreneur sur le mentorat, l’a attirée. 

Au début de sa carrière, elle a beaucoup bénéficié d’un mentor qui était également dans l’espace de l’entrepreneuriat social – qui, à l’époque, n’était « pas plus qu’un mot à la mode ». 

« Il n’y avait pas beaucoup de popularité, de programmes ou de soutien autour d’elle, alors elle m’a aidée à clarifier et à mieux comprendre mon modèle commercial et à apprendre comment me positionner pour être reconnue comme une entreprise valide et pas seulement comme un résultat charitable », dit-elle. 

Hinds est également prompte à vanter les vertus du mentorat entre pairs. « Il n’est pas nécessaire que ce soit quelqu’un qui a 20 ans d’expérience dans le domaine – il peut s’agir d’un mentor et son entourage qui a quelques années d’avance sur vous et qui s’assure simplement que vous ne vous effondrez pas » 

Hinds fait partie d’un groupe de discussion de femmes noires qui travaillent dans le domaine de la technologie et du commerce : « Nous partageons constamment des ressources entre nous, mais nous nous donnons aussi des conseils », dit-elle.  

 « Nous avons parfois eu des discussions sur nos cheveux ou sur la façon dont nos vêtements sont perçus », ajoute Mme Hinds. Nous n’avons jamais besoin de nous expliquer – et la plupart du temps, lorsque je parle à quelqu’un d’autre, je me dis : Laissez-moi vous donner un contexte. Nous n’avons jamais besoin de construire le contexte avec les autres – nous allons simplement droit au but » 

En restant proche de son groupe de mentorat, elle a également pu se familiariser avec d’autres domaines dans lesquels elle ne travaille pas – le commerce électronique, par exemple – ce qui lui permet de transmettre ces conseils à d’autres personnes si elles en ont besoin.   

Cette expérience a fait d’elle un meilleure mentore – et une meilleure entrepreneure en général, dit-elle.  

« Je suis confrontée à un nouveau problème chaque jour et j’ai pu développer ma résilience parce que je me sens capable de trouver une solution. » 

Obtenez jusqu'à 60 000 $
d’aide financière
et le soutien de l'un
de nos 3 000 mentors.

En savoir plus →