Cette année, en honneur du mois de l’histoire Noirs, Futurpreneur présente les profils de quelques entrepreneur-e-s noir-e-s exceptionnel-le-s au sein de notre réseau 

 

Une invitation à une fête il y a près de dix ans a changé la trajectoire de la carrière de Catherine Addai 

Addai est la créatrice et entrepreneure de Kaela Kay, une marque de mode établie à Toronto. Loin de sa carrière de consultante en gestion de la santé, Addai a lancé la marque au hasard en 2013 alors qu’elle était en congé parental. Munie de sa machine à coudre, elle a eu un coup de foudre. 

« Quand j’ai commencé, les motifs africains des textiles prenaient leur envol et devenaient très populaires,» explique Addai. 

Addai, originaire du Ghana, dit que les membres de sa famille portaient souvent des motifs d’Ankara vifs quand elle était petite – « mais je ne les ai jamais portés, parce que la façon dont ma mère et mes tantes les portaient était trop stylée. »    

Son point de vue a changé lorsqu’elle et son futur mari sont allés à une fête un soir : « Je suis entrée dans cette pièce, et toutes les femmes de mon âge portaient ces magnifiques motifs dans des styles que je n’avais jamais vus auparavant.»  

Addai a soudainement réalisé qu’il y avait un marché pour une version plus moderne des imprimés traditionnels d’Afrique de l’Ouest. « Cela a en quelque sorte déclenché en moi une étincelle,» dit-elle.   

« Il s’agissait de pouvoir respecter la tradition, mais aussi d’être fidèle à moi-même et à notre esthétique moderne actuelle. C’est ainsi que la marque a été conçue.»  

Addai a sorti la machine à coudre qu’elle utilisait occasionnellement pour faire des altérations pour des amis et a produit une collection de cinq pièces initiales. Sa première campagne a été réalisée au marché Kensington de Toronto avec des mannequins, des photographes et des stylistes bénévoles. 

« Je n’ai jamais, dans ma plus folle rêverie, envisagé que cela devienne une carrière,» dit Addai. 

Mais le diplôme d’Addai en gestion de l’information sur la santé et l’expérience professionnelle qu’elle a acquise par la suite lui a aidée de plusieurs manières lors du lancement de la marque. Elle a utilisé ses compétences techniques pour développer son propre site et s’occuper du marketing, et ses compétences en matière de gestion du temps, de négociation et d’organisation qu’elle a acquises ont permis à l’entreprise de démarrer de manière plus efficace. En effet, elle s’est retrouvée à élaborer des plans d’affaires pour l’entreprise plusieurs mois à l’avance.  

La Croissance des affaires 

Addai a par la suite engagé des couturières locales à Toronto pour créer les vêtements – elle continue à s’en occuper aujourd’hui, même si la plupart des autres marques ont externalisé leur production à l’étranger. « J’ai commencé avec une couturière que je connaissais depuis environ 10 ans, elle avait organisé ma fête de mariage,» explique Addai.   

Elle est rapidement devenue une équipe de production très soudée, composée de trois couturières, avec lesquelles elle est en contact presque tous les jours.   

Elle a également trouvé une base de clientèle plus diverse ; au début, dit-elle, beaucoup de clients qui n’étaient pas noirs étaient intéressés par les dessins mais s’inquiétaient de les porter.  

« C’est une représentation de moi et de ma culture, mais je n’ai jamais dit que c’était seulement pour moi et ma culture,» dit-elle. « J’essaie de rendre la marque et les images plus inclusives, afin que les gens puissent se voir porter ces pièces.» Le soutien de personnalités influentes et de célébrités a également contribué à faire passer ce message, ajoute-t-elle. 

À temps plein 

Au fur et à mesure que la marque s’est développée, Kaela Kay occupait de plus en plus le temps d’Addai – mais elle a conservé son poste de consultante jusqu’en 2018.   

« Honnêtement, il y avait des moments qui me manquait d’équilibre… Pendant la meilleure partie de deux ans, je pense que je travaillais avec cinq heures de sommeil par nuit « , admet-elle. 

« J’ai décidé que je devais quitter mon travail lorsque 24 heures ne suffisaient pas pour faire tout ce que j’avais à faire dans une journée – on abandonnait toujours quelque chose. C’est alors que j’ai su que ce que je devais faire.»    

Addai attribue son soutien à sa famille et à ses amis ; son mari a assumé de nombreuses tâches à la maison, en plus de s’occuper de la comptabilité, de l’expédition et de l’emballage pour la marque. 

Lorsqu’elle a finalement décidé de prendre la marque à plein temps, Addai était à la recherche de fonds supplémentaires et de conseils pour aider à développer l’entreprise et a découvert Futurpreneur. «J’avais des idées et je voulais pivoter, mais je ne savais pas comment laisser l’entreprise se développer,» dit-elle. 

Son mentor, dit-elle, a été particulièrement utile à la croissance de l’entreprise. « Je savais où je voulais amener l’entreprise, mais je n’avais jamais vraiment eu besoin d’une feuille de route auparavant. Maintenant, je devais élaborer un plan et le mettre en œuvre. Il était formidable pour soutenir le développement de mes idées et de m’informé sur des choses que je ne connaissais même pas sur le secteur. Il me tenait également responsable pour accomplir les tâches que je devais faire.»  

En plus du prêt et des deux années de mentorat, Addai dit qu’elle a également bénéficié des programmes Futupreneur. Par exemple, l’Accélérateur de croissance l’a mise en contact avec des experts dans des domaines comme les ressources humaines et le marketing – « toutes ces choses dont j’avais besoin» – en plus ainsi que d’un précieux soutien de la part de ses pairs. 

« Nous étions tous dans des secteurs différents, mais nous étions tous confrontés à des problèmes semblables, et c’était agréable d’entendre comment les gens des différents milieux industriels gèrent ces problème » , dit-elle à propos de sa cohorte d’accélérateurs de croissance. « Je peux envoyer des textos à quelqu’un ou bien téléphoner, et tout le monde est vraiment ouvert et prêt à partager.»  

La reprise des couleurs  

Cette camaraderie a été particulièrement appréciée au lorsque COVID-19 a débuté, bousculant de nombreux plan bien conçus d’Addai. Elle venait d’ouvrir un magasin au nord de Toronto et prévoyait promouvoir sa collection printemps/été chez des marchés à travers tout le Canada.  

Elle a d’abord introduit des modèles de masques qui ont décollé au cours de l’été, comblant le fossé qui résultait de la baisse des ventes des vêtements. Les masques ont maintenu leurs popularités jusqu’à la fin de l’année 2020. « Les gens savent que je ne produis pas mes pièces en série, ils ont voulu acheter des choses pour l’avenir » dit-elle.    

« Beaucoup de marques ont été plus sévèrement affectées, alors je vous suis reconnaissant.»   

De grands projets sont en préparation pour 2021, notamment l’embauche de personnel supplémentaire, ainsi que « une chose pour les mariés et une chose pour les enfants» qu’Addai garde secrète pour le moment.   

« J’ai vraiment hâte de rouvrir le magasin et de redonner de la couleur à cette année,» dit-elle. 

Obtenez jusqu'à 60 000 $
d’aide financière
et le soutien de l'un
de nos 3 000 mentors.

En savoir plus →