Cette année, en honneur du mois de l’histoire des Noirs, Futurpreneur présente les profils de quelques entrepreneur-e-s noir-e-s exceptionnel-le-s au sein de notre réseau 

 

« Avec de bonnes intentions, vous pouvez réussir dans tout ce que vous faites », déclare Sonel Merjuste, propriétaire de Les Aliments Merjex Inc. « Nous avons commencé notre entreprise familiale pour offrir une meilleure santé à nos fils et à la communauté » 

Lancé en 2018 avec le soutien du financement et du mentorat de Futurpreneur, Sonel Merjuste et Jasmine Exael ont établi leur entreprise lorsque leur plus jeune fils a décidé de devenir végétarien. 

Les alternatives sur le marché à base végétale n’étaient pas pour eux : « Nous avons essayé le tofu, mais nous n’avons pas aimé le goût. Nous étions assez réceptifs quand un ami nous a suggéré de goûter au tempeh, donc nous avons fait des recherches. C’était une source de protéines incroyable, mais la première fois que nous l’avons essayé, il était terne, » Merjuste explique. « C’était quand même un aliment avec des très bonne valeurs nutritives, et c’est là que nous avons réalisé qu’il y a une bonne opportunité. » 

Depuis quelque temps, Merjuste souhaitait lancer une entreprise, mais il explique que rien ne lui semblait vraiment adapté, ni au marché, jusqu’à présent. 

Un goût de cheznous 

Les restrictions alimentaires ont augmenté considérablement au cours de la dernière décennie : plus de 40 % de la population s’efforce activement d’intégrer davantage d’aliments d’origine végétale dans son régime alimentaire, et plus de 2,3 millions de Canadien-ne-s s’identifient comme végétarien-ne-s ou végétalien-ne-s. L’industrie elle-même est en pleine expansion, avec une croissance annuelle moyenne de 8 % depuis 2010. 

Le passage à un régime alimentaire à base de plantes pose certainement un défi, et il peut être difficile de préparer correctement de nouveaux plats et aliments avec des ingrédients que vous n’avez peut-être jamais essayés auparavant – le tempeh, par exemple.  

« Vous pourriez avoir un nouvel aliment, le regarder en pensant ; eh bien, qu’est-ce que je fais avec cela ? » 

En tant qu’immigrant haïtien, Merjuste explique qu’il n’y avait pas beaucoup de marché pour le Tempeh dans son pays d’origine, et qu’il ne semblait pas encore prospérer au Québec non plus. « C’est un produit indonésien à base de soja fermenté – et comme ce n’est pas familier, il peut être un peu particulier. » 

Avec un esprit ouvert, le couple s’est mis à la cuisine et ils ont développé deux saveurs de tempeh (ainsi qu’une saveur d’inspiration haïtienne) qu’ils allaient éventuellement commercialiser sous le nom de Tempehine 

« Notre objectif était de créer un tempeh ayant un goût excellent et facile à préparer. Nous avons donc travaillé à la création d’un tempeh mariné et précuit qui pourrait facilement s’adapter à un régime alimentaire végétal », explique-t-il. De plus, Tempehine se consacre véritablement à garantir que tous les ingrédients sont d’origine locale au Québec afin d’offrir le meilleur produit à la communauté. 

« De là, l’entreprise a décollé assez rapidement. » Tempehine offre actuellement trois types de produits, dont le tempeh naturel, le tempeh mariné précuit (à deux saveurs) et son dernier ajout, le temp-burger. 

Des obstacles en outre 

 » Il faut être convaincu de ce que l’on fait – il faut être passionné et avoir envie de réussir. Ce sera difficile, très compliqué et vous vous sentirez peut-être parfois seul-e dans votre course », a indiqué Merjuste 

En tant qu’immigrant noir, Merjuste a d’abord dû faire face à de nombreux obstacles pour réussir. Son plus grand défi était de mobiliser des financements, car il manquait de garanties. Dans une étude du gouvernement canadien, outre le soutien et les services, le principal obstacle à la création d’entreprises identifié par les Canadien-ne-s noir-e-s était le manque de soutien financier.  

« Futurpreneur a tout de suite vu notre potentiel et nous a accompagnés dans notre cheminement – ils nous ont aidés pour le financement, mais surtout, nous avons vraiment bénéficié de l’expertise de notre mentor », a déclaré Merjuste.  

Merjuste vend ses produits en ligne et dans de petits marchés à travers le Québec. Il a récemment étendu son offre aux épiceries afin d’augmenter son commerce pendant COVID-19, dont il souligne la compétitivité.  

Mais quel que soit le conflit, Merjuste est prêt à réussir : « Si vous croyez vraiment en vous, l’expérience sera énormément payante.«  

Obtenez jusqu'à 60 000 $
d’aide financière
et le soutien de l'un
de nos 3 000 mentors.

En savoir plus →